Download E-books Géronimo a mal au dos PDF

, , Comments Off on Download E-books Géronimo a mal au dos PDF

By Guy Goffette

'Mais regardant cet homme au milieu des rires et des chansons, comme un chêne dans son feuillage ; ce danseur crucifié à côté de los angeles piste, ce père que j'ai craint comme l'orage et que j'ai fui pour ne pas avoir à le détester, je me dis qu'il y a pire douleur que tous les arbres de los angeles forêt abattus, tous les massacres en photos, c'est de voir un homme en silence qui pleure.'

Simon, le narrateur d'Un été autour du cou, devenu adulte, recompose le passé de son père et l'histoire de ce qui les a si longtemps séparés. Devant le cercueil de cet homme qu'il n'a pas vu mourir, Simon se souvient d'un père impolite, exigeant, incapable d'exprimer son affection, dont il charisma attendu en useless un geste, un mot able de lui donner confiance. remark retrouver l. a. tendresse de l'amour qu'on croyait perdu?

Show description

Read Online or Download Géronimo a mal au dos PDF

Similar Literature books

Natural Flights of the Human Mind: A Novel

Peter Straker lives in a switched over lighthouse at the Devon coast with an excellent view of the ocean, cats, and no acquaintances. that is simply the way in which he likes it. He speaks to nobody other than in his desires, the place he converses with a few of the seventy-eight humans he believes he killed approximately a quarter-century previous -- although he cannot relatively take note the way it occurred.

The Yacoubian Building: A Novel

This arguable bestselling novel within the Arab global unearths the political corruption, sexual repression, spiritual extremism, and smooth hopes of Egypt at the present time. All demeanour of unsuitable and fragile humanity dwell within the Yacoubian construction, a once-elegant temple of artwork Deco attractiveness now slowly decaying within the smog and bustle of downtown Cairo: a fading aristocrat and self-proclaimed "scientist of women"; a sultry, voluptuous siren; a religious younger scholar, feeling the impossible to resist pull towards fundamentalism; a newspaper editor helplessly in love with a policeman; a corrupt and corpulent baby-kisser, twisting the Koran to justify his wants.

The Prose Edda: Norse Mythology (Penguin Classics)

Written in Iceland a century after the shut of the Viking Age, The Prose Edda is the resource of such a lot of what we all know of Norse mythology. Its stories are peopled via giants, dwarves, and elves, superhuman heroes and indomitable warrior queens. Its gods stay with the tragic wisdom in their personal forthcoming destruction within the cataclysmic conflict of Ragnarok.

Kristin Lavransdatter: (Penguin Classics Deluxe Edition)

The turbulent ancient masterpiece of Norway’s literary master In her nice historic epic Kristin Lavransdatter, set in fourteenth-century Norway, Nobel laureate Sigrid Undset tells the lifestyles tale of 1 passionate and headstrong girl. portray a richly designated backdrop, Undset immerses readers within the daily existence, social conventions, and political and spiritual undercurrents of the interval.

Extra resources for Géronimo a mal au dos

Show sample text content

Moins cela que l’absence de générosité qui régnait à l. a. maison et faisait de notre famille une sorte de bastion fermé sur lui-même et réchauffant en son cœur un égoïsme rance en flagrante contradiction avec les leçons de l’école et du caté. À croire qu’ils étaient sourds l’un comme l’autre, ou qu’ils l’étaient devenus par contagion. Tant et tant de messes, de vêpres, saluts, processions et rogations, tant d’offices divers et variés suivis jusqu’à plus soif, par tous les temps, à pied, à cheval, en voiture ; et les mêmes textes et préceptes cent fois répétés, le Bon Samaritain, Aime ton prochain comme toi-même, and so forth. Pour en arriver là. Quelle tristesse. Bon, bon, bon, m’avait dit un jour un vieux cagot du voisinage, los angeles bonté, mon garçon, c’est vite dit, mais n’oublie pas que bon ne s’écrit pas avec un c. J’étais consterné. l. a. seule fois où, adulte, je m’étais permis de faire à mes mom and dad une remarque à ce sujet, l. a. réplique de mon père avait été cinglante : — Les fils honoreront leur père. element. — Et leur mère, avait ajouté celle-ci du fond de sa vaisselle, l. a. voix pincée. — Et ils ne les jugeront pas, avait-il renchéri, avant de me claquer los angeles porte au nez, me livrant à l. a. perplexité sans fond de l. a. voûte stellaire. 21 Un keepsake précis, ineffaçable : l’histoire du cache-nez. J’avais dix ans peut-être, mais je revois comme si c’était hier le couple de mendiants qui frissonnaient derrière le carreau grillagé de notre porte d’entrée, et l. a. neige qui soufflait en rafales depuis des jours et des jours, une neige glaçante qui les fouettait, les enserrait de toutes components. C’était toujours moi, dès qu’on frappait, qu’on envoyait aux nouvelles en l’absence de mon père. Jamais mon frère. Il est vrai que je ne pouvais pas rester assis. los angeles consigne était de ne pas ouvrir aux inconnus. De demeurer dans l’ombre du couloir sans bouger, d’attendre que les intrus se découragent et, s’ils insistaient comme il arrivait, tambourinant des poings, des pieds parfois, de se découvrir et de les chasser en les menaçant. De quoi, de qui ? je me demande bien. Des gendarmes ? On n’avait même pas le téléphone. Ce matin-là, c’était une femme et une petite fille. Je leur avais ouvert sans attendre l’autorisation de ma mère. los angeles femme, vêtue de hardes sombres, du rouge et du noir, avait des dents en or et parlait avec un drôle d’accent, tandis que los angeles petite tendait l. a. major en suppliant de ses grands yeux noirs. Pour que los angeles neige ne s’infiltre pas dans los angeles maison, je les avais fait entrer. l. a. porte refermée sur eux, je leur avais fait signe de patienter dans le couloir. Maman préparait le déjeuner dans l’arrière-cuisine, elle n’avait rien voulu savoir. Renvoie-les, sifflait-elle, dis que tu es seul à los angeles maison, que tu n’as rien pour eux. Je ne pouvais pas leur mentir. J’ai insisté, insisté jusqu’à ce qu’elle se bouge enfin et leur apporte un bol de soupe chaude. Elles l’avaient bue lentement pour que l. a. chaleur descende le plus loin attainable dans leur corps. Ma mère à mes côtés restait sur ses gardes et s’impatientait.

Rated 4.04 of 5 – based on 20 votes