Download E-books L'Argent (Folio) PDF

, , Comments Off on Download E-books L'Argent (Folio) PDF

By Emile Zola

Show description

Read or Download L'Argent (Folio) PDF

Similar Literary Classics books

The Iliad

The good battle epic of Western literature, translated through acclaimed classicist Robert Fagles   relationship to the 9th century B. C. , Homer’s undying poem nonetheless vividly conveys the horror and heroism of fellows and gods wrestling with towering feelings and struggling with amidst devastation and destruction, because it strikes inexorably to the wrenching, tragic end of the Trojan battle.

David Copperfield (Penguin Classics)

'The such a lot excellent of the entire Dickens novels' Virginia Woolf David Copperfield is the tale of a tender man's adventures on his trip from an unsatisfied and impoverished formative years to the invention of his vocation as a winning novelist. one of the gloriously bright solid of characters he encounters are his tyrannical stepfather, Mr Murdstone; his wonderful, yet eventually unworthy school-friend James Steerforth; his bold aunt, Betsey Trotwood; the without end humble, but treacherous Uriah Heep; frivolous, enthralling Dora Spenlow; and the magnificently impecunious Wilkins Micawber, certainly one of literature's nice comedian creations.

Germinal (Penguin Classics)

The 13th novel in Émile Zola’s nice Rougon-Macquart series, Germinal expresses outrage on the exploitation of the various by way of the few, but in addition exhibits humanity’s means for compassion and wish. Etienne Lantier, an unemployed railway employee, is a smart yet uneducated younger guy with a deadly mood.

The Harz Journey and Selected Prose (Penguin Classics)

A poet whose verse encouraged track by means of Schubert, Schumann, Mendelssohn and Brahms, Heinrich Heine (1797-1856) was once in his lifetime both in demand for his stylish prose. This assortment charts the advance of that prose, starting with 3 meditative works from the go back and forth photographs, encouraged through Heine's trips as a tender guy to Lucca, Venice and the Harz Mountains.

Extra resources for L'Argent (Folio)

Show sample text content

L. a. dame ne veut pas te faire du mal. » Et Mme Caroline tressaillit, en voyant se cloth wardrobe d’un panier un paquet, qu’elle avait pris pour un tas de loques. C’était Victor, vêtu des restes d’un pantalon et d’une veste de toile, par les trous desquels sa nudité passait. Il se trouvait en plein dans los angeles clarté de l. a. porte, elle restait béante, stupéfiée de son extraordinaire ressemblance avec Saccard. Tous ses doutes s’en allèrent, l. a. paternité était indéniable. � Je veux pas, moi, déclara-t-il, qu’on m’embête pour aller à l’école. » Mais elle le regardait toujours, envahie d’un malaise croissant. Dans cette ressemblance qui los angeles frappait, il était inquiétant, ce gamin, avec toute une moitié de l. a. face plus grosse que l’autre, le nez t ordu à droite, l. a. tête comme écrasée sur l. a. marche où sa mère, violentée, l’avait conçu13. En outre, il paraissait prodigieusement développé pour son âge, pas très grand, trapu, entièrement shapeé à douze ans, déjà poilu, ainsi qu’une bête précoce. Les yeux hardis, dévorants, los angeles bouche sensuelle, étaient d’un homme. Et, dans cette grande enfance, au teint si pur encore, avec certains cash délicats de fille, cette virilité, si brusquement épanouie, gênait et effrayait, ainsi qu’une monstruosité. � L’école vous fait donc bien peur, mon petit ami ? finit par dire Mme Caroline. Vous y seriez pourtant mieux qu’ici… Où couchez-vous ? » D’un geste, il montra l. a. paillasse. � Là, avec elle. » Contrariée de cette réponse franche, los angeles mère Eulalie s’agita, cherchant une explication. � Je lui avais fait un lit avec un petit matelas ; et puis, il a fallu le vendre… On couche comme on peut, n’est-ce pas ? quand tout a filé. » l. a. Méchain crut devoir intervenir, bien qu’elle n’ignorât rien de ce qui se passait. � Ce n’est tout de même pas convenable, Eulalie… Et toi, garnement, tu aurais bien pu venir coucher chez moi, au lieu de coucher avec elle. » Mais Victor se planta sur ses courtes et fortes jambes, se carrant dans sa précocité de mâle. � Pourquoi donc, c’est ma femme ! » Alors, los angeles mère Eulalie, vautrée dans sa molle graisse, prit le parti de rire, tâchant de sauver l’abomination, en en parlant d’un air de plaisanterie. Et une admiration tendre perçait en elle. � Oh ! ça, bien sûr que je ne lui confierais pas ma fille, si j’en avais une… C’est un vrai petit homme. » Mme Caroline frémit. Le cœur lui manquait, dans une nausée affreuse. Eh quoi ? ce gamin de douze ans, ce petit monstre, avec cette femme de quarante, ravagée et malade, sur cette paillasse immonde, au milieu de ces tessons et de cette puanteur ! Ah ! misère, qui détruit et pourrit tout ! Elle laissa vingt francs, se sauva, revint se réfugier chez l. a. propriétaire, pour prendre un parti et s’entendre définitivement avec celle-ci. Une idée s’était éveillée en elle, devant un tel abandon, celle de l’Œuvre du Travail : n’avait-elle pas été justement créée, cette œuvre , pour des déchéances pareilles, les misérables enfants du ruisseau qu’on tâchait de régénérer par de l’hygiène et un métier ? Au plus vite, il fallait enlever Victor de ce cloaque, le mettre là-bas, lui refaire une lifestyles.

Rated 4.92 of 5 – based on 25 votes